Vous êtes ici » La Plateforme » Actualités » La charte qualité de la mobilité

La charte qualité de la mobilité

Publié le 16 février 2013

Pour réussir une opération de mobilité, le Conseil régional et l’équipe CAP MOBILITE ont rédigé les « 10 principes qualité de la mobilité ».

Ces principes reprennent la plupart des éléments de la « charte Européenne pour la qualité de la mobilité ». Ils sont les points de passage obligés d’un programme de mobilité réussi. Ils doivent guider l’action des opérateurs et serviront de critères d’évaluation pour obtenir le soutien du Conseil régional et de CAP MOBILITE.

1) Constituer (ou posséder) un réseau de partenaires étrangers fiables susceptibles d’assurer dans le pays concerné, l’accueil du ou des participants (en individuel, en petit groupe ou en grand groupe selon le projet), l’hébergement en pension ou en demi-pension, des cours de langue intensifs et parfois ciblés professionnellement, la mise en relation avec un réseau d’entreprises et un suivi régulier, des interventions en cas d’urgence etc.

2) Rédiger un projet avec budget prévisionnel et le présenter à un ou plusieurs organismes financeurs en respectant la forme et les délais imposés par ceux-ci (les projets LEONARDO sont présentés en général en Janvier, les programmes OFAJ sont déposés en Novembre pour toute une année etc.)

3) Réunir des partenaires en interne ou en externe (collègues, réseau de « recruteurs » …) afin d’assurer une bonne information des participants potentiels pour les mobiliser et les intégrer au projet.

4) Préparer le projet pédagogique sur le plan des objectifs, du contenu, des attentes des participants, des méthodes qui seront utilisées, des compétences dont on aura besoin, ceci en relation avec le ou les partenaires étrangers. Sélectionner les participants.

5) Préparer les participants au séjour, selon les principes et contenus prévus par les différents financeurs. Au minimum trois jours de préparation linguistique professionnelle et culturelle avec validation du projet de mobilité et deux jours de bilan et d’évaluation du projet.

6) Sécuriser le fonctionnement logistique du séjour ce qui signifie prévoir les transports au meilleur prix, vérifier que tout est en place en ce qui concerne les papiers d’identité, les assurances, les aspects médicaux, la couverture sociale, l’accueil et l’hébergement sur place, les cours de langue etc. puis « déclencher » les départs lorsque toutes ces conditions sont réunies.

7) Accompagner le séjour des participants soit sur place soit à distance par des contacts réguliers, prendre les décisions qui s’imposent en concertation avec les partenaires en France et à l’étranger, gérer les imprévus, les problèmes de comportement, les difficultés de communication, organiser les retours etc.

8) Valider au retour les compétences acquises à l’aide des validations telles que décrites plus haut (« Europass », « Cursus Interculturel », « TORAM » ou autre). Effectuer des Bilans évaluations et travailler sur les suites de parcours.

9) Rédiger les rapports pédagogiques et financiers destinés aux financeurs, préparer des modifications ou des évolutions, évaluer avec les partenaires, les confrères ou les collègues.

10) Communiquer sur les projets de mobilité afin qu’ils soient connus et reconnus, et suscitent l’intérêt chez de nouveaux participants potentiels.